Le m-commerce un levier de croissance à ne pas négliger

Le m-commerce représente 34% des transactions mondiale contre 66% pour le e-commerce traditionnel (via un ordinateur)

Qu’est-ce que le m-commerce ?

Le m-commerce s’appuie sur la téléphonie sans fil pour faire des transactions commerciales, il s’agit en d’autres termes du commerce mobile. Devenu rapidement un levier intéressant et fructifiant pour les entreprises du fait des évolutions d’usages des paiements en ligne (commerce électronique) et de l’augmentation du nombre de smartphones. Il connait un essor impressionnant et apportent de futures opportunités pour les mobinautes.
Une infographie réalisée par le site Ecoreuil, nous dévoile les principales évolutions et tendances actuelles du marché du m-commerce.

Ainsi nous apprenons que le m-commerce représente 34% des transactions mondiale contre 66% pour le e-commerce (paiement en ligne sur desktop). Et pourrait croitre de 31% en 2017 contre seulement 15% pour le commerce électronique traditionnel.
Au niveau mondial 64% des utilisateurs achètent depuis une application mobile contre 52% depuis leur navigateur Internet.

Le m-commerce en croissance

 

 

Comment profiter de la croissance du m-commerce en France ?

Pour compléter ces informations, une étude de RetailMenot sur le e-commerce et le m-commerce en Europe et en Amérique du Nord nous indique que les entreprises d’e-commerce/m-commerce mettent de plus en plus d’efforts en termes de responsive design, fluidité de navigation ou prise de contact sur leurs sites. Les chiffres sont prometteurs pour la France mais certains aspects bloquent cette croissance profitant à d’autres pays comme l’Allemagne ou le Royaume-Unis.

Les acteurs français ont donc tout intérêt à réajuster ou revoir leur stratégie de commerce en ligne mobile, rebranding et autres techniques de webmarketing. Car force est de constater que  seulement 36,7% des cyberacheteurs français n’effectuent qu’en moyenne qu’ 1 achat via leur mobile en 2015 tandis qu’ils sont plus de 50% en Allemagne ou au Royaume-Uni à dépasser ce seuil.  Cette analyse nous pousse à dresser le profil type du client Français qui si l’on « généralise » un tant soit peu est précautionneux. Il prend donc l’information sur smartphone, analyse et compare les prix sur différents sites, regarde les avis des internautes mais une fois toutes ces informations prise en compte il paie via son ordinateur et non sur son mobile. 

Il en va donc des sites de commerce en ligne de travailler l’ensemble de ces aspects d’autant plus que l’expérience utilisateur et la performance web sont à l’ordre du jour.

Categories
E-commerce
Aucun commentaire

Répondre

*

*

Dans la même catégorie