Grinçage de dents pour les anti-pubs avec les Bumper Ads

YouTube introduit son nouveau format publicitaire de six secondes: les Bumper ads....

Le deuxième moteur de recherche le plus important après Google a souhaité explorer de nouveaux formats publicitaires qui conviendraient mieux au format mobile. En effet de plus en plus de vidéos sont regardées sur smartphones. L’idée qui en a résulté a été la création d’un format vidéo publicitaire de six secondes qu’il est impossible de passer (ou de skipper) appelé Bumper ads. Ce format existait déjà auparavant mais pour des vidéos plus longues où l’annonceur devait payer plus pour s’assurer d’une entière visibilité.

Un nouveau format publicitaire révolutionnaire ?

Après le format Instream et le format Indisplay, voilà donc ce nouveau né qui devrait permettre à YouTube de s’assurer un revenu à tous les coups. Actuellement, si une vidéo YouTube sponsorisée dure plus de 30 secondes, l’annonceur paye uniquement si l’internaute regarde cette vidéo au moins 30 secondes. Ce qui signifie que s’il la regarde pendant 29 secondes, YouTube ne gagne rien… Certains diront que 6 secondes est plus acceptables que de devoir subir 60 secondes de publicité obligatoire…Mais face au développement considérable de l’extension Adblock, visant à bloquer toutes formes de publicité en ligne, vidéos ou non, certaines personnes sont devenues très sensibles à la moindre publicité considérée alors comme une intrusion et sont prêtes à quitter aussitôt le site en question.

A titre d’exemple, Atlantic Records a utilisé des Bumper Ads pour promouvoir le deuxième album du groupe Rudimental en utilisant un Bumper ads différent pour chaque artiste featuring. La société allemande Audi a pendant ce temps réalisé une vidéo promotionnelle plus longue, qu’elle a ensuite divisée en plusieurs parties

Relance du débat pour les anti-adblocks

Entre nous, utilisez-vous en ce moment même l’outil Adblock sur digiconversion.fr ? Rassurez-vous, il n’y a aucun contenu publicitaire, mais ce n’est pas le cas pour de nombreux sites qui souffrent et perdent certains revenus à cause de cette extension. Suite à la semaine anti-adblockers initiée par le GESTE, une association représentant les principaux groupes médias en ligne de France, des éditeurs tels que l’Equipe ou encore Le Figaro ont pris des mesures pour contourner ce problème. Comment ? Le Figaro a délibérément pris la décision de rendre progressivement flou ses articles aux utilisateurs d’un adblocker. Paradoxalement, les internautes équipés d’un système de blocage de publicités en ligne sont les plus consommateurs d’articles et parcours davantage de pages, ce qui est un réel plus pour le site web.

La plus grosse conséquence de cette mesure a été une hausse importante du taux de rebond sur chaque article (un rebond est comptabilisé lorsqu’un internaute arrive sur un site puis ne visite aucune autre page ou ferme son navigateur). Une observation qui n’a pas empêché à l’Equipe de gagner près de 15 000 abonnés en une semaine (source:journaldunet.com). Le gros challenge semblerait donc de créer du contenu éditorial qui se différencie de la multitude des sites web qui traitent du même sujet, et qui apporte une réelle valeur ajoutée au site web, justifiant ainsi la désactivation d’Adblock par l’internaute afin qu’il visite davantage de pages jusqu’à souscrire un abonnement payant.

Et vous, que pensez-vous de ces Bumper Ads qui vont envahir début mai votre navigation YouTube sur mobile ? Que pensez-vous par exemple de leur valeur d’attention et de mémorisation ? 

Categories
Moteurs de recherche
Aucun commentaire

Répondre

*

*

Dans la même catégorie